FUTURE Days 2019

Les vidéos des FUTURE Days 2019

Retour sur la troisième édition


Conférences

Conférence introductive

Avec :

  • Jean Mairesse, directeur général de ESIEE Paris
  • Philippe Tchamitchian, président d’Université Paris-Est

« Le passé des villes a-t-il un avenir ? »

Patrick Boucheron, parrain des FUTURE Days 2019, professeur au Collège de France et président du conseil scientifique de l'École française de Rome

On envisage généralement le passé des villes comme un héritage à préserver. Au-delà des problématiques, par ailleurs pleinement légitimes, de la conservation du patrimoine ou de la valorisation des ressources touristiques, on envisagera ici d’autres formes d’enrichissement , au sens que la sociologie critique donne aujourd’hui à ce mot. Car si la ville, dans sa forme matérielle, est une juxtaposition de formes survivant à leurs fonctions, leur réaffectation permanente à d’autres usages, par des politiques d’urbanisme ou simplement par la pratique sociale de la ville et trame le sens des lieux, met en contemporanéité des fragments disjoints du passé urbain. Un détour par l’histoire permet de comprendre cette dynamique, où la ville ne cesse de reconstruire son propre passé pour relancer son avenir.


« Accroître l'attractivité parisienne dans un environnement en mutation »

Carine Saloff-Coste, directrice de l'attractivité et de l'emploi à la Mairie de Paris

Les défis urbains actuels obligent les métropoles à s’adapter et innover dans le but de répondre aux besoins de leurs habitants, d’attirer les entreprises, les étudiants, les chercheurs, les touristes… Dans un contexte de restrictions budgétaires, les villes et les pouvoirs publics doivent renouveler leur approche des politiques publiques pour répondre à ces enjeux. Créer un écosystème favorable et proposer des outils innovants sont des priorités que la municipalité parisienne poursuit, afin de rendre Paris plus durable, plus inclusive et plus participative.


« From Education to Science, to Sustainability: systems transformation to achieve sustainable development »

Eeva Furman, directrice de l’Environmental Policy Centre of the Finnish Environment Institute (SYKE)

The 2030Agenda is the shared framework towards a safe and just world. While the 17 SDGs form the political space of the agenda, the implementation of the 2030Agenda requires action on concrete issues. I will present six entry points to societal transformation and explain the four levers for their enhancement. This calls upon novel, innovative forms of education, where the starting point is learning, strengthening sustainability science and finally, building on universal research capacity.


« Nanocapteurs pour la ville durable - Ressources en eau »

Tianhong Cui, professeur en ingénierie mécanique à l'Université du Minnesota 

Implantées depuis plus de 20 ans dans le paysage de la recherche francilienne, les Chaires internationales d'excellence "Blaise Pascal", financées par la Région Île-de-France, permettent l'accueil de chercheuses et chercheurs étrangers de renommée mondiale dans un établissement de recherche ou d'enseignement supérieur d’Île-de-France. Le dispositif jouit d'une réputation internationale incontestable puisque 5 prix Nobel figurent dans la liste prestigieuse des 90 lauréats. 

Crédits : Région Île-de-France


Bande-annonce des workshops proposés lors des FUTURE Days 2019

Avec :

  • Vincent Lemire, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM)
  • Valérie November, géographe et directrice de recherche au CNRS
  • Franck Faucheux, directeur des Innovations à EIFFAGE Aménagement
  • Tarik Bourouina, professeur à ESIEE Paris, Université Paris-Est

Tables rondes et débats

« La ville durable peut-elle rentrer dans l’histoire ? (et avec qui ?) »

Avec :

  • Patrick Boucheron, professeur au Collège de France et président du conseil scientifique de l'École française de Rome
  • Eeva Furman, directrice de l'Environmental Policy Centre of the Finnish Environment Institute (SYKE)
  • Carine Saloff-Coste, directrice de l'attractivité et de l'emploi à la Mairie de Paris

Animé par Nicolas J.A. Buchoud, président fondateur de Renaissance Urbaine.

Histoire globale versus roman national ? Multilatéralisme versus unilatéralisme ? A l’heure de l’urbanisation du monde, les passions s’enflamment et la maîtrise des événements semble nous échapper. Ensemble, l’histoire comme discipline en mutation et le développement durable comme champ de pratiques citoyennes et de politiques publiques en plein bouleversement ont quelque chose à nous dire. C’est tout l’enjeu de la rencontre inédite entre L’histoire mondiale de la France (P.Boucheron), le Global Sustainable Development Report 2019 (E.Furman) et les défis de l’inclusion dans la globalisation urbaine (C.Saloff-Coste). Ou comment tisser un dialogue fructueux entre les héritiers de Gro Harlem Brundtland et ceux de Fernand Braudel, à l’heure de l’Agenda 2030.


« Ville évènementielle, ville éphémère ? Les enjeux de l'héritage »

Avec :

  • Virginie Picon-Lefebvre, professeure à l’ENSA Paris-Belleville, architecte DPLG et urbaniste
  • Béatriz Garcia, sociologue et directrice de l’Institute of Cultural Capital de l'Université de Liverpool
  • Stéphane Fiévet, directeur de la Culture au Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024
  • Graeme Evans, professeur d’économie créative et culturelle à L’Université des arts de Londres Michel Salem-Sermanet, directeur général d’Efficacity

Animé par Marie Delaplace, professeure d'urbanisme à l'École d'Urbanisme de Paris (EUP) et co-fondatrice de l'Observatoire pour la Recherche sur les Méga-Evénements (ORME)

Festivals, expositions, évènements sportifs, culturels ou commerciaux, mise en lumière ou autres thématisations éphémères, attestent de la profusion évènementielle de la ville d’aujourd’hui. Si par définition ces évènements sont temporaires, ils ne produisent pour autant pas une ville éphémère. Ils laissent des traces tant matérielles qu’immatérielles, dont la sédimentation, si elle est organisée par les différentes parties-prenantes, participe à la construction et au renouveau de la ville.


« Villes et économie circulaire »

Avec :

  • Franck Scherrer, professeur en urbanisme à l'Université de Montréal
  • Hortense Mourier, chef de projet Économie circulaire à la Métropole du Grand Paris
  • Stephan Kampelmann, professeur, titulaire de la chaire Économie circulaire et métabolisme urbain à l'Université Libre de Bruxelles (ULB)
  • Frédérique Métivier-Lopez, urbaniste et responsable régionale à Inddigo

Animé par Corinne Blanquart, docteur-HDR de l'Université de Lille et directrice du département Aménagement Mobilité Environnement de l'Ifsttar

L’économie circulaire investit progressivement les champs institutionnels et scientifiques et sa mise en oeuvre s’exerce de façon variée, et à des échelles diverses (métropolitaine, régionale, nationale etc). C’est donc un concept à géométrie variable en termes de périmètres, d’acteurs à mobiliser et de modalités d’actions. L’objectif de cette table ronde est ainsi d’identifier les modalités de mise en oeuvre et de gouvernance de l’économie circulaire dans des contextes institutionnels différents. Autour de trois métropoles, il s’agira de questionner comment Montréal, Bruxelles et Paris rompent avec l’économie linéaire (extraire-fabriquer-consommer-jeter).


« Mobilités pour toutes et tous »

Avec :

  • Anne Aguiléra, directrice adjointe du Département Aménagement, Mobilité, Environnement de l'Ifsttar
  • Marie-Axelle Granié, directrice de recherche HDR en Psychologie Sociale du Développement à l'Ifsttar
  • Yannick L'Horty, professeur d'économie à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM)
  • Christophe Gay, directeur du Forum Vies Mobiles à la SNCF

Animé par Valérie Liquet, journaliste et rédactrice en chef adjointe du fil Habitat et Urbanisme à AEF info.

La mobilité pour tous et pour toutes vise à assurer à tous et à toutes la meilleure accessibilité, à la ville ou à la région, à ses territoires, à ses services et ses aménités. Le transport n’est pas un but en soi mais un facilitateur d’une insertion sociale, économique, familiale, ou sociétale. Des enjeux particuliers sont donc portés sur les personnes les plus vulnérables, pour des raisons qui perdurent dans le temps (raisons socio-économiques, handicap permanent, vieillissement.) ou qui peuvent être ponctuelles (handicap ponctuel, accompagnement d’enfants…).


« Émotions patrimoniales : le syndrome de Notre-Dame »

Avec :

  • Laurent Esmilaire, architecte, maître de conférences associé àl'École d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est (Éav&t)
  • Christian Hottin, conservateur en chef du patrimoine (archives) et adjoint au département du pilotage de la recherche à la Direction générale des patrimoines du Ministère de la culture
  • Frantz Schoenstein, chef du bureau de la conservation du patrimoine immobilier au Ministère de la culture
  • Emmanuel Blanchard, réalisateur du docu-fiction Notre-Dame de Paris (Program33)
  • Bérénice Gaussuin, architecte du patrimoine et maîtresse de conférences associée à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-Malaquais

Animé par Yann Potin, archiviste, chargé d'études documentaires aux Archives nationales et maître de conférences associé en histoire du droit à l'Université Paris-Nord

L’incendie du 15 avril 2019 a provoqué une fascination médiatique et une mobilisation politique sans précédent. Ébranlant les certitudes en l’immobilité du temps patrimonial, l’onde de choc peut-elle être interprétée comme un « syndrome » national et international ? En revenant sur l’histoire et les restaurations successives d’un monument totémique, il s’agit ici de comprendre ce que l’« émotion patrimoniale » (Daniel Fabre) révèle de la place du patrimoine dans les représentations et les croyances collectives contemporaines.


« Dessus-Dessous : la ville en miroir »

Avec :

  • Katia Laffréchine, maître de conférences en Génie Urbain, Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM)
  • Stéphane Cordier, DGA de la Business Unit Eau France, en charge de l’Île-de-France et des activités de construction pour la France à SUEZ
  • Marion Girodo, architecte à Seura Architectes, chef de projet, chargée d’enseignement vacataire à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM)

Animé par Emmanuelle Parra-Ponce, journaliste, directrice de la rédaction des pôles Habitat-Urbanisme, Développement durable et Ville intelligente à AEF info

Les sous-sols des villes sont de plus en plus «construits», accueillent principalement de nombreux équipements techniques et des infrastructures et jouent un rôle fondamental dans la gestion des ressources (eau, énergie, matériaux) et le transport des personnes. Le monde souterrain semble devenir, pour les villes, un espace d’avenir, de croissance urbaine mais c’est aussi un espace vulnérable qui est la mémoire de l’histoire des villes et assure des fonctions écologiques essentielles. Dans ce contexte, comment investir et aménager le sous-sol ? Comment exploiter au mieux cet espace et anticiper et gérer les risques associés ? Telles sont les questions auxquelles la table ronde tentera de répondre.


Session PechaKucha


Remise des Grands Prix FUTURE Days


Clôture des FUTURE Days 2019

Clôture des FUTURE Days 2019

Philippe Tchamitchian, président d’Université Paris-Est

Organisateurs et partenaires